Escapade sur Anticosti

Un Cerf de Virginie couché sur une pelouse; des lacs et rivières couleur émeraude; falaises, grottes et canyons en plaquettes de roche sédimentaire; une route blanche bordée d’épinettes géantes; des rivages d’océan limpide, où nagent oiseaux marins et phoques.

La spectaculaire Baie-de-la-Tour.

Les derniers mois ont été extrêmement éprouvants, pour moi et beaucoup d’autres. Après ce printemps étouffant, poser les deux pieds dans le sable de Côte Nord était presque trop pour être supporté. Je me souviendrai longtemps de ce sentiment magique d’isolement, avec la tente plantée sur les galets d’une île de Mingan.

Notre périple devait se terminer sur Anticosti et, je l’avoue, cette étape m’angoissait. La perspective de coûts faramineux, la complexité des déplacements, le peu de services… Les choses seraient-elles compliquées, tout le temps? Risquions-nous de nous ennuyer? Il m’a suffi de poser les pieds sur la piste d’atterrissage pour être rassurée : Anticosti est à la fois dépaysante et accueillante. La générosité de ses habitants est à la hauteur de sa réputation, et son territoire, gigantesque et oublié, rassemble une multitude de paysages rares au Québec. Préparez-vous à verser une petite larme devant le ciel étoilé…

Nombreux visiteurs choisissent un tout inclus avec la SÉPAQ ou la Pourvoirie du Lac Geneviève pour profiter d’Anticosti. Toutefois, si comme moi ces options n’attisent pas particulièrement votre intérêt (ou votre porte-feuille), soyez rassurés : il est tout à fait possible de partir hors tout inclus sur Anticosti. Vous trouverez tout ce qu’il vous faut pour planifier votre périple dans cet article. À quel prix? Pour quatre nuits, nos coûts totaux (épicerie, camping, location de voiture et billet d’avion) s’élèvent à 505$ chacun, ou 1010$ pour deux personnes. Pas donné donné, mais tout de même pas si mal, non?

Anticosti, c’est où, c’est quoi?

Située dans l’embouchure du Fleuve Saint-Laurent, entre la péninsule gaspésienne et la Côte Nord, l’île d’Anticosti est immense – sa superficie dépasse celle de l’Île-du-Prince-Édouard. La Transanticostienne, soit la route reliant une extrémité à l’autre, s’étire sur 256 km. Pourtant, l’île possède un unique village – Port Menieret ne compte que 300 habitants. On n’y trouve qu’une seule épicerie, un seul restaurant et une seule station d’essence. Bien que son territoire soit demeuré plutôt sauvage, un impact humain majeur est observable : la présence du Cerf de Virginie, introduit par Henri Menier vers la fin du dix-neuvième siècle pour en faire la chasse. La population dépasse aujourd’hui les 100 000 individus, ayant entraîné entre autres la disparition de l’ours noir. Encore à ce jour, l’île est brandée comme un paradis de chasse et de pêche, mais elle a aussi amplement à offrir aux amateurs de plein air, dans son vaste Parc National et ailleurs.

L’information que vous trouverez ici a été fournie presque exclusivement par Info Anticosti, dont le service est exceptionnel : les contacter est un must, par couriel ou par téléphone au 418 535-0250. Passez les voir à votre arrivée pour un accueil chaleureux.

Comment s’y rendre?

L’épave Wilcox.

Pour atteindre Anticosti, deux options s’offrent à vous :

🚢 En bateau à bord du Bella Desgagnés. Au coût de 120$ l’aller-retour à partir de Havre Saint-Pierre, ou de 154$ à partir de Sept-Îles, c’est l’option la plus économique. Elle est toutefois moins flexible, puisque le Bella n’a qu’un seul départ par semaine. Le traversée prend de 6 à 8 heures selon les conditions de la mer. D’autres départs sont également offerts à partir de villages de la Côte Nord et de la Basse Côte-Nord, ainsi qu’à Rimouski. À réserver bien à l’avance.

Horaires et tarifs : ici.

✈️ Par avion avec Air Liaison. En partance de Montréal, Québec, Sept-Îles, Havre-Saint-Pierre et possiblement Mont-Joli. C’est l’option que nous avons choisie – de Havre Saint-Pierre, il en coûte 300$ l’aller-retour. Le vol dure 15 minutes et est généralement offert tous les jours, sauf en fin de semaine. De notre expérience, il est possible de réserver quelques jours à l’avance, en ligne ou par téléphone.

Horaires et tarifs : ici.

Comment s’y déplacer?

Bord de l’eau du secteur Wilcox.

Cette question est la plus épineuse, puisqu’il est fortement déconseillé de conduire sa propre voiture sur l’île. Toutes les routes sont en gravier (traction 4×4 obligée), mais plus encore, les risques de crevaison ou d’abîmer son pare-brise sont élevés; la rocaille des routes est plus coupante qu’ailleurs, si bien que les locaux possèdent des pneus spéciaux. Nous avons tout de même croisé un couple qui a choisi de visiter l’île avec sa voiture – une décision à vos risques. De mémoire, à bord du Bella, il faut compter environ 600$ aller-retour pour le transport de votre véhicule.

Nous avons pour notre part préféré la location d’un véhicule sur place. Les options sont les suivantes :

🚗 Avec Sauveageau, un pick-up vous coûtera (de mémoire) 160$/jour, avec une limite de 100 km par jour. Celle-ci est assez handicapante sur Anticosti; à titre d’exemple, la distance entre Port-Menier et le premier camping du Parc National, Wilcox, est de 150 km.

🚘 Avec STL Location, un pick-up vous coûtera 125$/jour avec kilométrage illimité. En plus, vous ferez la rencontre de Martine et Steve, qui sont tout simplement adorables. Nous avons loué un de leur véhicule pour trois jours. De loin la meilleure option, mais il vaut mieux réserver d’avance. 418-535-0333.

Je vous vois venir : sans voiture, c’est possible? Évidemment, il n’y a aucun transport en commun. Le pouce est peu fructueux vu le nombre réduit d’habitants. Néanmoins, nous avons rencontré deux voyageurs sans voiture qui s’en sont très bien tirés. C’est que les habitants d’Anticosti sont incroyablement généreux, et proposeront souvent de vous aider. Le personnel d’Info Anticosti entre autres est au courant des déplacements des locaux, et peut vous trouver des lifts (ils l’ont fait pour nous!). L’hôte de votre auberge pourrait très bien vous proposer une petite journée d’expédition. Sinon, l’ouest de l’île se visite très bien à vélo, en location chez Info Anticosti. Alors, si vous pouvez tolérer un peu d’incertitude, je dis : allez-y!

Où dormir?

Le site magique de l’Auberge de la Pointe Ouest.

🏠 Aux Gîtes du Copaco, chez Anne-Marie et Cap-Blanc. Tous trois se trouvent à Port Menier, avec des tarifs s’élevant à 100$ par chambre ou plus, déjeuner compris. Nous n’en avons testé aucun… Désolée!

🏡 À L’Auberge de la Pointe-Ouest. Située à une vingtaine de kilomètres de Port-Menier, son emplacement est isolé et enchanteur, directement au bord de la mer – le meilleur spot à coucher de soleil de l’île, avec épave en prime. Les chambres se trouvent dans d’anciens bâtiments de phare. Tarifs inconnus, mais moins cher qu’à Port Menier. Malheureusement, nous n’y avons pas dormi puisqu’elle était fermée à notre passage.

La SÉPAQ administre aussi l’Auberge McDonald et fait la location de chalets. Toutefois, ces hébergements ne pourraient être offerts que par l’intermédiaire de forfaits… À vérifier.

De la visite en camping…

⛺️ Au Camping du Château. Administré par Info Anticosti, il s’agit du camping municipal de Port Menier. Pour 25$/nuit, vous avez droit à de grands terrains intimes avec poubelle, large foyer et bois fourni. Par contre, quatre roues et camions passent parfois devant les terrains. Nous y avons passé une nuit confortable… Avec visite de Cerfs!

🏕 Au Parc national : Wilcox, Baie-de-la-Tour et Chicotte. Administrés par la SÉPAQ, il s’agit des seuls campings officiels en dehors de Port Menier. À 36$/nuit (en plus d’un 8,90$/jour pour le droit d’entrée au parc), ils sont plutôt chers et de qualité médiocre : arbres coupés et empilés en désordre, absence de bois alors qu’on nous avait dit que oui, etc. Toutefois, c’est une option pratique pour visiter le Parc. Wilcox est ordinaire, bien qu’on y trouve l’épave. Préférez plutôt Baie-de-la-Tour, avec sa baie à couper le souffle et sa tranquillité. Nous n’avons pas vu Chicotte. Il est bon à savoir que ces terrains doivent être payés d’avance au bureau de la SÉPAQ de Port Menier.

🌲 En camping sauvage : l’Anse-aux-Fraises et le Lac Plantain. Le camping sauvage est toléré à l’extérieur du (grand) territoire de la SÉPAQ. Ces deux emplacements sont les préférés des locaux. Nous avons testé l’Anse-aux-Fraises qui était très confortable, avec poubelle, table de pique-nique et bord de l’eau. Là encore, visite de Cerfs et de renards.

Quoi faire? Activités, randonnées, nos coups de cœur

La célèbre chute Vauréal. Avec ses 76 m, c’est la seconde plus haute chute du Québec après Montmorency.

🦇 Jour 1 : Suite à une première nuit au Camping municipal de Port-Menier, nous avons profité d’une journée d’expédition inoubliable avec Danièle, une guide recommandée par Info Anticosti. Nous avons exploré avec elle la Grotte des Trois Plaines, une longue et étroite cavité où l’eau nous arrivait jusqu’à la taille. Aventure saisissante, en compagnie d’une femme incroyablement généreuse et passionnée. Je ne peux recommander assez vivement cette aventure, dont le coût est très abordable. Ensuite, nuit dans le Parc National au camping Wilcox.

⛰️ Jour 2 : À la découverture du Parc National! Les activités s’y trouvant sont marquées d’un *. Nous avons aimé la courte (et facile) boucle du sentier Les Falaises* (3 km), qui permet d’apprécier la vue vertigineuse du Canyon Observation. Ensuite, direction la chute Vauréal, un must de l’île; préférez le sentier qui serpente au fond du canyon, le Canyon Vauréal* (7 km aller-retour), plutôt que celui au-dessus. La marche est longue et sur des galets, mais vous pourrez observer quantité de fossiles, de murs rocheux… Et peut-être le cadavre d’un malheureux chevreuil. Nous avons observé la chute en juillet, mais si vous visitez au début de l’été, le débit d’eau sera nettement plus impressionnant. Par beau temps, une baignade s’impose! Repos au camping Baie-de-la-Tour.

🌊 Jour 3 : Baie-de-la-Tour, ton ciel étoilé à 360 degrés a volé mon cœur! Nous avons été gâtés en cette dernière journée par un temps magnifique, chaud et ensoleillé. Levés de très bonne heure, nous avons fait un nombre plutôt déraisonnable d’arrêts. D’abord, le Sentier des Télégraphes* (7 km aller-retour), à deux pas du camping. Une pure merveille – le sentier, facile, mène le long des falaises, avec la mer en contrebas. Amenez vos jumelles! Dans l’eau transparente, par temps clair, on observe parfaitement les phoques et guillemots à miroir nager sous la surface.

Vue époustouflante sur la Baie-de-la-Tour, sentier des Télégraphes.

🐟 Cap sur le Lac Huard, un gros coup de cœur pour moi. Avec sa teinte turquoise spectaculaire et son fond d’argile blanche (ma spéculation), c’était une de mes plus belles baignades. Sachez que le fond est un peu vaseux et que vous aurez la compagnie de petits poissons argentés.

🥔 Nous avons fait deux autres arrêts rapides : la Grotte à la Patate* et la Chute Kalimazoo. Pour la grotte, un agréable sentier de 3 km aller-retour révèle l’entrée immense à travers les arbres. La plus grosse au Québec, elle peut être explorée en autonomie par les plus braves, lampe frontale obligatoire. Un plan à l’entrée détaille le chemin à prendre. La chute Kalimazoo est un endroit mignon, où l’on peut se baigner dans un bassin de rochers en toute intimité. Pour notre part, nous étions déjà satisfaits du Lac Huard.

☀️ Enfin, notre journée s’est terminée avec un coucher de soleil à la Pointe Ouest, à faire absolument. L’épave qui s’y trouve, Calou, est aussi celle que j’ai préférée – elle date d’à peine quarante ans. Dernière nuit à l’Anse-aux-Fraises, en camping « sauvage ».

Le lac Huard et sa couleur magique.

Dernières recommandations

Il y a encore une foule de petites merveilles que nous n’avons pas vues, et qui en valent la peine : Chicotte et le sentier des Échoueries, la Rivière Jupiter, le phare écroulé de la Pointe Sud-Ouest… Et encore l’est de l’île, peu visité à cause de son éloignement. N’oubliez pas d’être bien préparés lorsque vous visitez l’île, puisque les seuls points de service se trouvent à Port-Menier. On retrouve certes deux stations d’essence dans le Parc National, mais elles n’ouvrent qu’une heure l’avant-midi et une heure l’après-midi. Aussi, l’eau de l’île est non potable, bien que les locaux la boivent – dans notre cas, nous avions amené des pastilles de purification.

En espérant que cet article aura pu vous être utile, je vous souhaite un inoubliable séjour sur Anticosti!

La photo de couverture de cet article a été prise sur le sentier Grand Brûlé du Canyon Observation.

2 commentaires sur “Escapade sur Anticosti

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s